Accueil > Expositions > Expositions réalisées > Mairies, des maisons peu communes

Mairies, des maisons peu communes

Du 14 novembre 2009 au 31 mai 2010

Au musée : une approche historique, architecturale et picturale

Jusqu’à la Révolution, les assemblées municipales siègent dans l’église. Elles intègrent ensuite plusieurs lieux provisoires, dont des demeures de particuliers, avant que la construction d’un premier hôtel de ville soit décidée. La loi du 5 avril 1884, définissant les compétences des communes, leur fait obligation de disposer d’une mairie en location ou en propriété. La construction des édifices est soumise à l’accord du préfet : le pouvoir centralisateur contrôle les affaires municipales.

Certaines de nos mairies sont construites sous la Troisième République (Le Perreux, Ivry, Alfortville, Nogent). Leur style est mi-Renaissance mi-Louis XIII. Il suit des modèles imposés par les architectes officiels. D’autres au contraire s’installent dans des demeures de nobles et bourgeois édifiées sous l’Ancien Régime (Villecresnes, Villejuif, Orly, anciennes mairies de Vitry et Créteil) et subissent d’importants agrandissements ou modifications. Les hôtels de ville réalisés au XXème siècle témoignent d’intéressants partis-pris architecturaux (Cachan, Créteil, Vitry).

Les décors peints à l’intérieur des mairies traitent de thèmes généraux, tels que les âges de la vie, la famille ou le travail, mais évoquent aussi les particularités locales. Les peintures de Vincennes ou Saint-Mandé évoquent l’histoire de la ville. La Marne est représentée à Créteil, Maisons-Alfort, Saint-Maurice. L’activité économique est illustrée à Arcueil, Saint-Maur, au Kremlin-Bicêtre.


Aux archives : les décors peints de la salle des mariages de Nogent

En 1888, un concours est organisé. Les 48 candidats sont invités à illustrer l’histoire nogentaise depuis les Gaulois jusqu’au Second Empire. Mais les artistes sont libres de refuser cette mythologie fondatrice de Nogent. Adrien Karbowsky, lauréat, réalise 6 toiles qui s’inspirent librement du paysage nogentais avec la Marne et le viaduc. Des reproductions des esquisses
réalisées par Debon et Lafon (2ème et 3ème concurrents nommés) sont présentées